Les preuves de l'existence du "djinn"

Accueil » Autres
Les preuves de l'existence du

Des croyances, aux mythologies, il existe des êtres maléfiques du monde spirituel. Ils sont généralement connus sous le nom de djinn, démon, Satan, les mauvais esprits, etc. 

La mythologie musulmane comprend les anges constitués de “lumière”, mais aussi les esprits connus sous le nom de djinns, constitués d'un “feu sans fumée”, qui sont décrits comme étant capables d'interagir avec les gens. Les djinns sont aussi connus pour avoir le libre arbitre et pour être bons ou mauvais, comme les êtres humains.  Dans la religion musulmane, le Djinn est capable de posséder des êtres humains, tout comme la religion “chrétienne”, où les démons peuvent posséder des personnes.

L'origine du mot Djinn

Issu de l’arabe, le mot Djinn est le pluriel du mot Djinni et dont le féminin est Djinniya. Dans la mythologie arabe, le Djinn est un esprit surnaturel en dessous du niveau des anges et des démons. Ces classifications sont les suivantes : jnoun (esprits perfides de forme changeante), Ifrit (diaboliques, mauvais esprits) jinn : (les mauvais esprits de forme invariable).

 

La croyance dans les djinns était courante au début de l'Arabie, où ils étaient censés inspirer les poètes et les devins. Même le prophète Mohamed craignait à l'origine que ses révélations soient l'œuvre de djinns. Leur existence a été reconnue dans l’Islam, qui indiquait que, comme les êtres humains, les Djinns devraient faire face à un éventuel salut ou damnation. Ayant toujours été associés à la magie, le djinn figure dans le folklore nord-africain, égyptien, syrien, persan et turc. Ils ont toujours été au centre d'une immense littérature populaire.

Mais quelle est la place du Djinn dans la religion de l’Islam ? Quelle est la vérité de son existence

Les djinns existaient bien avant l’islam. La tradition veut que chaque poète de la période préislamique ait été possédé par un djinn ou une djinniya. Dans l’Islam, le djinn est considéré comme faisant partie d' al-ghaib ou de l'invisible. La définition même du mot Djinn est « cachée ». Sourate « Al jinn » certifie leur existence et précise qu’il y a parmi eux des djinns musulmans et des djinns non-musulmans. Ils ont été les premiers habitants de la terre.

 

Les djinns ont été créés de feu et bien avant celle de l’homme. La sourate 55 atteste que les djnns ont été créés de feu, et la Sourate 15 verset 27, indique quant à elle que les mauvais esprits ont été créés avant l’homme. Mais après avoir désobéi à Dieu en refusant de s’incliner devant l’homme, créé d’argile, ils ont été bannis et envoyés sur terre. Et depuis, les Djinns n’ont cessé de répandre le mal, sous toutes ses formes. C’est alors que dieu envoya les anges pour les chasser vers des endroits, actuellement inhabités tels que les océans, les îles, les ruines, les cimetières…

 

Les Djinns ont la capacité de prendre une forme humaine ou animale. Et d’après le prophète Mohamed lorsque les mauvais esprits prennent une autre enveloppe que la leur, ils obéissent aux règles physiques de cette dernière. Il a donc conseillé les musulmans de les attaquer et de s’en débarrasser tant qu’ils se montrent sous cette forme.  À cause de cette vulnérabilité, djinn évitent de changer d’apparence et optent pour l’invisibilité qui leur permet de nuire aux gens : faire peur, posséder… Les djinns se plaisent à punir les humains pour tout mal qui leur est fait, intentionnellement ou non, et seraient responsables de nombreuses maladies et de toutes sortes d'accidents. Cependant, ces êtres humains connaissant la procédure magique appropriée peuvent exploiter les djinns à leur avantage.

 

Mais comment les jnoun s’attaquent-ils aux humains ? En quoi peuvent-ils nuire ? Découvrons ensemble les différentes méthodes utilisées par les Djinns pour faire du mal aux humains.

 

Djinn actes de malfaisance 

Tout d’abord, il faut savoir que les Djinns sont responsables de leurs actes et répondront de leurs actes le jour du jugement dernier (Sourate 6 Verset 130). Les Djinns peuvent être chrétiens, juifs, mécréants ou musulmans. Pour ce qui est des Djinns musulmans, sont parmi les hommes et ils peuvent être pieux, pervers, ou peuvent encore suivre la - sonna - (Sourate 72, Verset 11). L’objectif premier des Djinns non musulmans est de détourner l’homme du droit chemin. En effet, les jinn cherchent à tout prix à influencer les humains à se tourner vers le mal au lieu du bien. Pour arriver à leurs fins, ils utilisent différentes méthodes et techniques démoniaques telles que la sorcellerie, la possession ou encore la magie.

 

Pour ce qui est de la magie noire, les mauvais esprits travaillent en collaboration avec les sorciers et appuient ces derniers pour faire du mal aux gens. Pour y aboutir, ils se nourrissent de toute une gamme de sentiments négatifs : mauvais oeil, envie, jalousie… Pour le mauvais oeil, le Djinn attend et guette que la personne s'affaiblisse et tombe malade pour qu’il puisse avoir un accès plus facile à la possession. Et en ce qui concerne la magie noire, elle peut être sous différentes formes : maladie, pertes de biens, pertes de personnes chères, destruction de couples, divorce, stérilité…  Si une personne se voit continuellement subir des échecs amoureux, continuellement et sans raison apparente, c’est qu’un Djinn amoureux met toutes ses forces pour éviter que cette personne trouve le bonheur conjugal, il la veut pour lui tout seul.

 

Se protéger des djinns

 

L’homme en revanche ne se voit pas être démuni de protection. Il peut éloigner les Djinns et s’en débarrasser. Pour se protéger des jnoun, il faut avoir un grand foie en Dieu et avoir confiance en sa bonté et sa miséricorde. La récitation du Coran est le seul remède pour éloigner les mauvais jinn, spécialement (Sourate 2, Verset 255). Les hommes peuvent aussi user de bonnes pratiques pour éviter que les Djinns ne leur fassent du mal : citer le nom de dieu avant de lire du Coran, dormir dans la propreté, éviter les endroits sales et déserts… Dans le cas où la personne est déjà possédée par un djinn, il existe - la roqya - pour faire sortir le mal. 

Dans la même catégorie