Vaccination contre la Covid-19: comment l'Europe s'est organisée

Accueil » Santé
Vaccination contre la Covid-19: comment l'Europe s'est organisée

Le développement d'un vaccin est un processus complexe et lent qui prend généralement une dizaine d'années. Avec la stratégie en matière de vaccins, la Commission a soutenu les fabricants et rendu le développement plus efficace, ce qui a permis de livrer des vaccins sûrs et efficaces dans l'UE depuis la fin de 2020. Pour y parvenir, il était nécessaire de mener des essais cliniques et, parallèlement, d'investir dans des capacités de production afin de pouvoir fabriquer des millions de doses d'un vaccin efficace. Des procédures d'autorisation strictes et solides et des normes de sécurité ont été respectées tout au long du processus.

Un début de vaccination très lent pour la France

Une semaine après son lancement, la campagne de vaccination française s’est poursuivie au compte-gouttes avec seulement une centaine de personnes vaccinées. Selon les données du ministère de la santé, seulement 432 personnes avaient reçu la première dose du vaccin Covid-19 en France (chiffres jusqu'au 2 janvier).

Modification du calendrier de vaccination

Pour se rapprocher de l'objectif, le calendrier de vaccination a été modifié drastiquement. La stratégie de vaccination a été organisée en trois étapes successives : les résidents des EHPAD dès le début du mois de janvier, la population à risque entre février et mars, puis le reste de la population à partir du printemps.

Le ministre a demandé aux hôpitaux d'ouvrir sans délai la vaccination pour les professionnels de santé de plus de 50 ans dans plusieurs centres sur l'ensemble du territoire.

Des centres de vaccination ont été ouverts dans les villes pour commencer à vacciner les personnes âgées de 75 ans et plus, puis celles de 65 ans et plus, etc dans le but d'accélérer le rythme. De plus, les pharmaciens ont pu être associés à la campagne de vaccination.

Elimination des tranches d’âges en France

La France a été parmi un des premiers pays à supprimer la tranche d'âge pour les vaccinations et a commencé début juin à administrer les vaccins contre le coronavirus à tous les adultes, quel que soit leur âge ou leur état de santé. Un halo d'espoir pour la population, qui voit la lumière au bout du tunnel.

La France avait donc rattrapé son retard en matière de vaccination et comptait environ 25 millions de personnes fin mai 2021 ayant reçu au moins une dose et 10,5 millions d'entre elles étaient vaccinées avec deux doses.

Vaccination des adolescents en France

La France a autorisé la vaccination contre la covid-19 aux adolescents âgés de 12 à 18 ans depuis le 15 juin 2021. La France a fait cette annonce une semaine seulement après que l'Agence européenne des médicaments (EMA) ait donné son accord pour que les jeunes de 12 à 18 ans reçoivent le vaccin Pfizer-BioNTech en considérant que les effets secondaires pouvant survenir ne diffèrent pas du reste de la population et qu'il a montré une efficacité de 100% dans cette tranche d'âge.

La course contre la montre pour produire les doses nécessaires

Les entreprises pharmaceutiques ont travaillé dur en collaboration avec les gouvernements et la communauté scientifique pour obtenir des traitements dans les plus brefs délais. Ainsi, les premiers vaccins ont été approuvés en moins d'un an alors que ce processus de R&D prend habituellement dix ans en moyenne.

Mais la recherche ne s'est pas seulement concentrée sur les vaccins. Bien que le développement soit plus lent, 326 médicaments sont actuellement à l'étude et plusieurs d'entre eux se sont révélés efficaces contre le virus lors des essais.

Parallèlement à la recherche sur les vaccins, l'industrie pharmaceutique a commencé à travailler pour produire des milliards de doses dans les plus brefs délais. Ainsi, les sociétés de développement ont agrandi leurs propres usines de production pour augmenter leur capacité et beaucoup d'entre elles ont commencé à produire des vaccins « à risque » avant qu'ils ne soient approuvés par les organismes de réglementation. En outre, afin de mobiliser le plus de capacités de production possible, les sociétés de développement et les entreprises capables de participer à la production de vaccins ont signé 272 accords de licence en avril dont la plupart impliquent un transfert de technologie. Enfin, les laboratoires pharmaceutiques qui n’étaient pas encore équipés, ont rapidement investi dans l’achat de lignes de production et de conditionnement pour pouvoir débuter ou augmenter la production de vaccins.

Grâce à ces accords, la capacité de production mondiale de vaccins, qui était d'environ 4 milliards de doses par an avant la pandémie, a plus que triplé et d'ici 2021, entre 10 et 12 milliards de doses du seul vaccin covid-19 devraient être produites. Ce chiffre permettra de vacciner 70 à 75% de la population mondiale et d'atteindre une immunité de groupe.

Dans la même catégorie